Warning: Use of undefined constant j - assumed 'j' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/45/d436564997/htdocs/blog/wp-content/themes/blog-canin/loop-single.php on line 24
19

Warning: Use of undefined constant M - assumed 'M' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/45/d436564997/htdocs/blog/wp-content/themes/blog-canin/loop-single.php on line 25
Juil

Warning: Use of undefined constant Y - assumed 'Y' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/45/d436564997/htdocs/blog/wp-content/themes/blog-canin/loop-single.php on line 26
2014

Que doit-on savoir avant d’accueillir un chat ou un chaton chez soi. Partie 2

Parce que la prévention est une marque d’amour et que votre chat est dépendant de vous pour bon nombre de choses, nous allons évoquer dans ce chapitre, les traitements et vaccins importants pour votre matou.  Pourquoi ? Quelles sont les conséquences ? A quel prix ? Nous vous expliquons tout pour les adapter selon son mode de vie. 

Quels sont les soins à apporter à son chat tout au long de sa vie :

Lorsque vous accueillez un chat au sein de votre foyer, il faut penser rapidement à le déparasiter. Je ne rentrerai pas dans les détails car cela serait trop long mais sachez qu’il existe des ‘’parasites internes’’ comme les vers intestinaux et des ‘’parasites externes’’ comme les puces et les tiques. N’oublions pas que beaucoup d’entre eux sont transmissibles aux humains.

tete de tenia

Les parasites internes : Les chatons sont fréquemment contaminés par leur maman in utéro et par le lait maternel. La chatte chasse, attrape des puces (vecteur du ténia) en croisant d’autres copains chats ou des petites proies infestées… Il est donc logique que nos petites boules de poils soient traitées contre ce parasitisme dont les conséquences peuvent être dramatiques. Il est important de rappeler que plusieurs espèces de vers se transmettent facilement aux humains et peuvent provoquer de graves lésions internes (troubles neurologiques sévères, perte de la vue…) dont les enfants sont les 1°cibles. Les œufs de vers intestinaux se retrouvent facilement sur le pelage de l’animal.  Quel enfant n’a pas fait un gros câlin, une caresse à son animal de compagnie avant de mettre ses doigts à la bouche ? Et hop, le tour est joué, l’œuf est ingéré et le processus de développement commence…

  • Les vermifuges sont des traitements dont l’action est instantanée. Ils n’ont pas de rémanence dans le temps, ce qui veut dire que l’efficacité ne dure pas. C’est pour cela qu’il faut traiter régulièrement son chat (cf. la fréquence ci-dessous) afin d’optimiser la protection et éviter les ré-infestations.

  • Ces traitements existent sous diverses formes (pipettes, pâtes ou comprimés appétents…) et doivent être donnés en curatif pour éradiquer tous problèmes puis en préventif pour éviter qu’ils ne reviennent. Il est donc nécessaire de réitérer régulièrement les applications. Rendez-vous chez votre vétérinaire pour qu’il vous donne les bons traitements et les fréquences d’application. Selon le mode de vie et les antécédents de votre animal, il vous prodiguera des conseils adaptés.

Fréquence et protocole de vermifugation :

  1. A partir de l’âge de 15 jours jusqu’à ses 2 mois, traitez bébé chat tous les 15 jours.
  2. A partir de l’âge de 2 mois jusqu’à l’âge de 6 mois, traitez le chatounet une fois par mois.
  3. A partir de l’âge de 6 mois, deux possibilités selon le mode de vie
    – Si votre chat sort (même rarement) traitez le tous les 3 mois (4 fois par an)
    – Si votre chat ne sort jamais et n’est en contact avec aucun autre animal, traitez le tous les 6 mois (2 fois par an)
    – Si votre chat a des vers, il faudra d’abords effectuer deux traitements à 15 jours d’intervalle afin d’agir contre les formes résistantes avant de passer à un traitement préventif dont je viens d’ énumérer les fréquences.

Les parasites externes : Nos boules de poils sont des hôtes parfaits (Un vrai club Med pour insectes et acariens). La transmission et la prolifération de ces petites bêtes sont rapides et les conséquences peuvent être graves. Une infestation massive de puces dans votre habitat et vous deviendrez une proie idéale. Une tique qui change d’hôte et qui élit domicile sur vous peut vous transmettre de graves maladies. Sans parler des problèmes de peau contagieux comme la gale sarcoptique (gale du corps) par exemple. Bref, mieux vaut prévenir que guérir.

 puce_tique

 

Fréquence des traitements APE (Antiparasitaires externes):

On parle là des produits luttant contre les acariens et insectes tels qchat avec souris dans les pattesue
les puces, les poux broyeurs, les tiques.

Diverses solution s’offrent à nous : Les sprays, les colliers, les
comprimés, les pipettes… Bon nombre de molécules sont utilisées pour lutter contre ses méchantes bébêtes mais elles n’agissent pas forcement de la même manière. Par exemple : Pendant que certaines les tuent d’autres stérilisent les puces. Ceci évite la ponte et l’infestation massive dans l’environnement (sachez que pour une puce sur votre animal, 1000 œufs seront pondus par jour). Il faut donc choisir le bon traitement présenté sous la bonne forme d’application selon le mode de vie de votre animal.

  • Les sprays sont souvent mal supportés par les chats car le bruit de la pulvérisation leur fait peur. De plus, l’excipient qui permet de stabiliser les molécules (Ex.l’alcool) dégage une forte odeur qui est rarement à leur gout. Cela dit, l’effet en cas d’infestation massive par les puces ou les tiques est le plus radical et le plus rapide.
  • Les colliers (en contact permanent contre la peau) diffusent les principes actifs qui lutteront contre les parasites pendant une durée précise. Il faut s’assurer que le collier soit muni d’un système anti-étranglement. Il reste le mode d’application le plus sûr de tous mais il n’est pas rare que les chats le perde au cours d’une balade.
  • Les pipettes comme les colliers diffusent les principes actifs sur une durée donnée. Le liquide contenu dans la pipette doit cependant être appliqué correctement si l’on veut que l’efficacité soit au rdv. Un contact avec la peau est indispensable afin que le continu rentre dans la 1°couche cutanée grasse nommée sébum, qu’il se diffuse tout au long du corps de l’animal et qu’il se stocke dans les glandes sébacées avant d’être relâché jour après jour en surface.
  • Les comprimés doivent être ingérés afin que leurs principes actifs se mêlent au sang. Les parasites se nourrissent de ce dernier qui devient le vecteur (véhicule) de la molécule. Ainsi lorsque le parasite passe à table, il ingère le principe actif qui le tue ou le stérilise selon son efficacité.

Idées reçues :

1°/ Mon chat est trop vieux, je ne l’embête plus avec tout ça. ERREUR!
On a tendance à arrêter de traiter les animaux âgés mais au contraire, plus ils sont vieux et plus ils ont besoin de soins. Comme les jeunes sujets, les seniors sont plus fragiles et il est important de redoubler d’intentions à leur égard. N’arrêtez ni les vaccins, ni les traitements antiparasitaires sans avis médical.

2°/ Mon chat se vermifuge tout seul en mangeant de l’herbe. FAUX!
Un chat qui mange de l’herbe se purge, il ne se vermifuge pas !!! Nous faisons souvent la confusion. Un chat qui a ingéré une petite proie ou une quantité importante de poils en faisant sa toilette ressent le besoin de se purger (de régurgiter le surplus). Il se sent nauséeux, ballonné et cherche à se faire vomir. En aucun cas cet acte ne permet de se débarrasser des vers intestinaux.

3°/ L’hiver, j’arrête de traiter mon chat contre les puces car y’en a plus. ERREUR!
L’hiver, il y a autant de parasites que le reste de l’année! Entre le chauffage dans nos habitations et les conditions climatiques qui restent douces tout au long des saisons, les parasites ne meurent pas. Il faudrait pour ce faire que tous nos animaux domestiques vivent à l’extérieur à des températures négatives. Et encore ! Les tiques rentrent en hibernation lors des gelées hivernales mais ressortent de leur état léthargique dès que les températures remontent un peu. Sachez qu’elles peuvent survivre sans manger pendant 4 ans.

Le prix des API (antiparasitaires internes) et des APE (antiparasitaires externes) :

  • Les ‘’API’’- vermifuges : Chaque traitement coûte entre 5 et 10€ à chaque fois.
  • Les ‘’APE’’- anti-puces/tiques : Chaque traitement coûte entre 5 et 10€ par mois.

Les maladies sexuellement transmissibles :  Lors de sa 1°consultation chez le vétérinaire, il est judicieux de déterminer si votre chatounet est porteur du FELV (leucose ou leucémie féline) ou du FIV (équivalent du HIV- SIDA du chat). Pas de panique, ça n’est pas transmissible à l’homme.

Ceci déterminera beaucoup de choses pour le futur. Ces maladies diminuent les défenses immunitaires du chat qui devient très sensible aux attaques extérieures et organiques. Le laisser sortir s’il est positif, le mettre en contact avec des congénères… Bien des questions seront à prendre en compte et vous devrez être plus vigilant sur son état général (baisse d’appétit, amaigrissement…).

Whooping Cough Vaccinations Administered In Los AngelesS’il est négatif, profitez-en pour le vacciner contre le FELV (s’il sort ou est en contact avec des chats) et stérilisez-le dès l’âge requis pour lui éviter bien des misères. La 1°année, le vaccin se fait en deux temps. Deux injections à 4 semaines d’intervalle seront nécessaires puis un rappel chaque année devra être effectué afin de prolonger l’efficacité pendant 12 mois.

test leucose

Aucun vaccin n’existe pour lutter contre le FIV qui peut se transmettre par contact sanguin, sexuel et in utéro. La meilleure des préventions est une fois encore la stérilisation.

Le prix du test FELV-FIV= 40€ à 55€ environ.
Le prix du vaccin FELV = 55€ à 70€ environ

Les autres vaccins existants luttent contre les maladies suivantes :  

  • Le typhus (panleucopénie féline) : Maladie très contagieuse souvent mortelle chez le chaton et les adultes sensibles. Elle se traduit par une gastro-entérite sévère (vomissements et diarrhées provoquant des hémorragiques internes). Il est vivement conseillé de vacciner son chat (même s’il ne sort jamais) car nous pouvons être vecteur (véhicule) de cette maladie. Nous pouvons ramener à la maison sur nos chaussures ou nos habits ce virus qui est très résistant dans le milieu extérieur.
  • Le coryza et la chlamydiose : Ils regroupent un cocktail de virus et bactéries tels que le calicivirus, l’herpès virus ou les chlamydies qui sont très contagieux. Ils provoquent des maladies rhino-laryngées (bouche, nez, yeux, gorge) très douloureuses et pouvant être mortelles pour les sujets les plus faibles. Ils provoquent des conjonctivites purulentes, des ulcères de la bouche, des éternuements violents… A cause des douleurs buccales et de la perte d’odorat, l’animal n’arrive plus à manger et s’affaiblit très vite. Pour les mêmes raisons que le typhus, il est recommandé de vacciner son chat (même s’il ne sort pas).
  • La rage : Même si ce virus est été éradiqué en France, il n’est pas exempt qu’un cas isolé soit constaté suite à l’importation illégale d’un animal sauvage sur notre territoire. Si par malchance, la maladie venait à se propager, des mesures de sécurité appliquant le principe de précaution seraient mises en place par nos autorités légales. Elles consisteraient à euthanasier dans la zone concernée, tous les animaux domestiques carnivores non vaccinés contre la rage. Mieux vaut prévenir et éviter ce drame n’est-ce pas ? De plus, il sera demandé à toute personne voyageant avec son animal de le faire vacciner contre la rage. Ce vaccin se fait à partir de l’âge de 3 mois.

A savoir : Pour attester officiellement que le vaccin a bien été injecté à votre compagnon, vous avez l’obligation d’identifier ce dernier par tatouage ou puce électronique. Cet acte médical sera consigné dans un passeport européen (nouveau carnet de santé et d’état civil) qui porte un numéro officiel et unique délivré par l’autorité compétente. Le prix du passeport varie entre 10€ et 20€ en moyenne.

Fréquence et protocole de vaccinations :

  • Elles commencent à partir de l’âge de 8 semaines vaccination-chat
    (sauf pour la rage qui se fait à 3 mois).
  • Les primo-vaccinations se font en deux injections à 4 semaines d’intervalle pour chaque maladie vaccinable sauf pour la rage qui se fait en une seule injection.
  • Un rappel annuel devra être effectué pour faire perdurer l’efficacité du vaccin. Si vous oubliez le rappel annuel, votre animal ne sera plus immunisé et vous devrez refaire 2 injections à 4 semaines d’intervalle pour relancer la protection pour les 12 mois suivants.

Même s’ils ne sont pas obligatoires, les vaccins sont vivement recommandés. Ce sont des actes préventifs et responsables face à toutes les conséquences énumérées ci-dessus.

Le prix des vaccins : Consultation comprise.
Typhus-coryza-chlamydiose : Entre 45€ et 60€ en moyenne
Typhus-coryza-chlamydiose-rage : Entre 50€ et 65€ en moyenne
Typhus-coryza-chlamydiose-leucose : Entre 70€ et 85€ en moyenne
Typhus-coryza-chlamydiose-leucose-rage : Entre 75€ et 90€ en moyenne
Rage seule : Entre 45€ et 60€ en moyenne
Leucose seule : Entre 55€ et 70€ en moyenne

Les obligations légales concernant nos animaux de compagnie :
Article L212-10 du code rural modifié par la loi n°2011-525 du 17mai 2011- article.28 :
Tous les chats nés après le 1er janvier 2012 et âgés de plus de 7 mois doivent être identifiés, avant toute cession qu’elle soit à titre gratuit ou onéreux. Cela veut dire que tous les petits chatons doivent arrivés dans votre foyer déjà identifiés. Ce qui est rarement le cas. On peut comprendre qu’une personne plaçant gracieusement un chaton ne veuille supporter le prix de l’identification. Cela dit, il en a l’obligation. A vous de vous arranger avec elle pour participer à ces frais.

Deux choix d’identification

  • Le tatouage dermique : Comme pour les dermographehumains, cette méthode est pratiquée à l’aide d’un dermographe qui encre les caractères définis sur la carte de tatouage (chiffres et lettres) dans la peau de manière indélébile. Elle nécessite une anesthésie générale courte afin que le chat soit immobile pendant cet acte.
  • La puce électronique (transpondeur) : Gros comme un grain de riz, cette puce est implantée à l’aide d’une seringue adaptée (biseau très affûté) sous la peau au niveau du cou (gouttière jugulaire gauche). Cet acte n’est pas douloureux et ne nécessite pas d’anesthésie (sauf pour les sujets récalcitrants ou agressifs).

Que choisir ? Tatouage ou puce électronique ? 

Les deux sont viables mais la puce est invisible à l’œil nu alors que le tatouage sera vu par toute personne qui se demanderait si votre chat est errant ou domestiqué. Vous pourrez tout de même demander à votre vétérinaire de tatouer un joli petit ‘’P’’ (code pour tous les professionnels du secteur animalier qui veut dire PUCE) dans son oreille à l’occasion d’une anesthésie pour sa stérilisation ou lors d’un détartrage par exemple.

puce-electroniqueLa puce a une portée européenne alors que le tatouage a une portée nationale. Si vous partez régulièrement ou pour une durée prolongée dans la zone  »euro » avec votre animal, il vous faudra déclarer votre animal au fichier national félin du pays où vous êtes afin qu’il enregistre votre compagnon dans son registre en cas de perte ou de vol. Le tatouage ne servira à rien dans ce cas de figure, seul le numéro de la puce électronique aura une valeur faisant foi.

Le prix de l’identification: 
Tatouage dermique : Entre 60€ et 80€ environ
Puce électronique : Entre 75€ et 90€ environ

Tous ces conseils sont donnés à titre informatif. Il faut cependant que vous vous rendiez chez votre vétérinaire pour les confirmer et les adapter selon le mode de vie et les besoins de votre animal. 

Afin de compléter, cet article il nous faut encore parler des soins d’hygiène (nettoyage des yeux, oreilles et dents) du toilettage, de l’alimentation, de la stérilisation et des maladies régulièrement rencontrées chez le chat domestique (calculs urinaires, problèmes rénaux, diabète…). Une fois tous ces sujets évoqués, vous aurez une vision globale de ce qui vous attend tout au long de la vie de votre félin. Vous pourrez anticiper certains problèmes et mieux palier à d’autres. Je vous retrouve pour un 3° chapitre qui portera sur les soins d’hygiène et le toilettage du chat.

A très bientôt.
Valérie

Publié dans Chats, Conseils | Rédigé  par  La Boutique du Ptit Canin |  commentaire(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.